Rencontre avec Hélène de Mon Blog de Fille

Publié le par Alice

 

Parler maquillage avec une pro… quoi demander de plus ?! Je partage avec vous, mon entrevue avec Hélène de Mon Blog de Fille, une femme chaleureuse comme tout. Elle me donne rendez-vous à Paris, dans un café (que je trouve sans trop de peine Alléluia), et hop nous voilà à discuter pendant près d’une heure…

 

P1040514.JPG

 

Hélène, avant d’en arriver à Mon blog de Fille, quel a été ton parcours ?

 

J’ai commencé par une licence de droit, pour préparer Science Po, comme je voulais être secrétaire générale de l’ONU (Organisation des Nations Unies). Puis quand on m’a dit que pour faire cette école, il fallait lire Le Monde tous les jours, je me suis dit que ce n’était pas possible... Donc je ne serai pas secrétaire générale de l’ONU finalement !

 

Dommage ! Alors tu as fais quoi par la suite ?

 

Donc je me suis réorientée, en m’inscrivant à l’école du Louvre, comme ça pouvait aller avec le droit. J’y suis restée un mois parce-que c’était chiant à crever ; j’étais assise par terre dans un amphi surchauffé, dans le noir, à regarder des diapositives de figurines préhistoriques qu’il fallait apprendre par cœur. Voilà pourquoi j’ai lâché au bout d’un mois !

 

L’année scolaire était en cours, donc j’ai fait des petits boulots. L’année d’après, je me suis inscrite dans une école privée de communication culturelle qui préparait aux métiers soit de la culture, soit à celui de commissaire priseur. C’est dans ce cadre là que j’ai fait un stage de trois mois dans un musée à Annecy. J’ai trouvé que c’était le truc le plus chiant qui pouvait exister sur Terre. Le travail consistait à répertorier des tas de coffres savoyards sculptés et c’est à peu près tout. Donc forcément ce n’était pas hyper motivant, bien que j’ai passé un bon été à Annecy, mais bon je me suis surtout rendu compte de la lourdeur de l’administration culturelle. Tout le monde me disait qu’il n’y avait pas de boulot, du coup je me suis dit que ça n’allait pas être facile.

 

Donc ! Je me suis une fois de plus dit que ce domaine n’était pas ma vocation. Entre les cris de mon père me menaçant de me couper les vivres, parce-que je ne foutais rien pendant ce temps là, j’ai encore passé un an à glander.

 

Par hasard en rencontrant une amie d’une amie, j’ai trouvé un job d’hôtesse de croisière pour six mois, comme il en manquait une pour une compagnie grecque. Il se trouve que j’aime voyager donc j’ai dit OK. Donc je me suis retrouvée au Pirée (Le Pirée, port d’Athènes).

 

Comment ça s'est passé ?

 

 

Eh bien, il fallait être aimable, et je ne le suis pas forcément avec n’importe qui. Les gens se disaient des choses du genre : « mon dieu regardez comment elle me regarde, on dirait qu’elle a envie de me tuer », et effectivement… Dieu merci j’avais le mal de mer, au bout de six mois j’ai arrêté les croisières. Cela dit, j’ai vu des choses sublimes. On a fait la méditerranée, pour ensuite remonter jusqu’à la Norvège. Puis la banquise.

 

Et c’est là que je me suis dit que je voulais bosser dans le tourisme, parce que j’adore voyager. Je me suis dit que ça allait être une porte d’entrée quoi. J’ai réussi à trouver un job dans une boite, après un stage. Et c’est parti pour 10 ans de tourisme. J’organisais des circuits culturels et des croisières.

 

 

 


 

 

J'en suis même arrivée à ne plus aimer voyager pour moi même !

 

 

 

 

 

 


Parfait ! Toi qui avais le mal de mer, maintenant tu n’étais plus obligée de monter à bord des croisières !

 

Si, de temps en temps il fallait que j’y aille quand même. Et j’étais responsable de 500 passagers donc c’était un job vachement stressant.

J’ai aussi organisé des pèlerinages et puis au bout de 10ans j’en ai eu ras le bol, les tarifs des agences de voyage n’étaient plus ce qu’ils étaient. A un moment, pour 150 francs tu pouvais aller à Bali quoi… En emmenant ton mec ! Mais ça n'a pas duré... J’en suis même arrivée à ne plus aimer voyager pour moi même !

 

A ce point… Et par la suite ?

 

Je me suis retrouvée en fin de CDD après avoir bossé très longtemps. J’avais alors deux ans et demi d’ASSEDIC devant moi. Très bien, je me suis dit que j’allais me reconvertir. J’avais déjà eu une année de chômage où je m’étais déjà dit que j’allais me reconvertir, mais c’est à ce moment là que j’ai découvert Internet, je me suis mise à faire de la cuisine et tout et c’était complètement raté pour la reconversion ! Mais cette fois-ci devait être la bonne, le tourisme ce n’était plus possible !

J’ai donc fait un bilan de compétences avec l’aide de l’ANPE et apparemment j’étais faite pour travailler dans un magazine féminin ou ce genre de chose. Mais je ne voulais pas me retrouver assistante à 35 ans, sans formations préalables, je savais que ça serait difficile.

C’est au moment où j’ai arrêté de travailler que j’ai commencé à bloguer.

 

Nous y voilà !

 

Oui ! Je me suis dit que ce que je faisais tous les matins en arrivant au bureau, de papoter de maquillage etc. J’allais  le faire sur l’Internet Mondial ! J’avais des tas de copines qui avaient des blogs de cuisine. Moi aussi je pouvais avoir un blog ! Au fait, j’avais complètement arrêté de cuisiner entre temps hein. Une seule passion à la fois, chez moi !

Le blog était une récréation sympa entre deux envois de CV, pensais-je. C’était pour me marrer à la base, comme tout le monde. Finalement je n’ai jamais eu à envoyer de CV … Le truc de dingue.

 

Comment cela s’est goupillé ?

 

En fait, on m’a contacté pour écrire un bouquin sur la beauté ; les régies publicitaires se sont intéressées à mon blog ; on m'a commandé des articles...

 

Comment cela se fait que tu aies eu autant de succès d’un coup ?

 

Je pense que le fait d’avoir été une des premières à avoir un blog "de fille" a joué. Par exemple, dans les blogs de cuisine, ceux qui marchent vraiment, ce sont les premiers. Je pense qu’avoir été parmi les premières, de l’avoir bien tenu, de poster régulièrement, a contribué à le rendre agréable à visiter.

 

P1040518.JPG

 

Combien de temps s’est passé entre la création de ton blog et ce succès fulgurant ?

 

Environ deux ans je crois.

 

 

   

Peut-être que dans un an je serai aussi connue que toi dans la blogosphère !


Le fait d’avoir une ligne éditoriale précise, est important je pense. Mais c’est facile pour un blog beauté (d'avoir une ligne éditoriale précise) et je suis passionnée. Maintenant que je fais des vidéos ça aide aussi. Parce que vas-y pour expliquer la réalisation d’un maquillage par écrit ! C’est chiant à écrire et à lire en plus. Et puis j’adore faire des vidéos !

 

En parlant de vidéos, à quand une caméra et non un appareil photo qui fait un break au fameux cap fatidique des 10 min :) ?

 

J'ai eu une mini caméra pour mon anniv, mais bien sûr je ne sais pas m'en servir ;-)))

 

 

Comment vont les marmottes ? Ca fait longtemps qu’on ne les a pas vues !

 

C’est vrai qu’on les voit plus beaucoup ces derniers temps. Elles vont très bien mais elles ont changés d’étagères ; la femme de ménage les change de place régulièrement, parce-que ça l’amuse ! Ca manque un peu. Maintenant j’ai des moutons ! Il y en a un qui est écossais, il s’appelle Kilkonan et l’autre mouton Alcatraz, est savoyard. Nous avons aussi la marmotte Emma, et le koala australien Indooroopilly.

 

Ta notoriété est acquise maintenant, mais est-ce stable comme activité tout de même ?

 

Ah, je n’ai pas du tout choisi la sécurité ! Et pourtant ça ne me correspond pas du tout. Je suis du genre à ne pas dormir si je ne sais pas si je vais gagner de l’argent le mois prochain. Mais c'est sans doute une forme de thérapie, cette précarité choisie. De toutes façons c’est tellement le pied de bosser pour soi. Après 10 ans de salariat, ne rien demander, ne rien devoir à personne et faire ce que tu veux ; bloguer le dimanche, et glander le lundi, c’est extraordinaire ! Mais évidemment, des fois tu ne sais pas comment tu vas manger. Jusqu’ici ça a été !

 

Je pense que c’est bien parti là !

 

Oui j’imagine que c’est bien parti parce que mon blog est bien placé, il est le plus lu de France, les marques me font confiance, je n’invente pas de conneries, je joue le jeu avec elles. J’ai vraiment de la chance, parce-que je ne suis pas obligée d’être salariée à côté. Je vis de mon blog et des activités annexes, qui sont écritures pour des supportes féminins divers et variés.

 

Y-a-t-il des mauvaises langues qui disent de toi que tu es superficielle ?

 

Au début oui, mais maintenant ça va mieux. Peu importe, je veux que l’ambiance reste agréable pour les filles.

 

Bon, on va parler maquillage enfin … Dis-nous ce qu’il faut s’acheter en ce moment Hélène !

 

La Razor Sharp ! C’est la plus belle poudre que je n’ai jamais vu de ma vie. Elle est hallucinante !! Elle est d’une telle finesse. Il y a les Aqua Creams de Make up Forever, c’est assez énorme comme produit, tu auras beau frotter, ça ne bougera pas. Il suffit de se démaquiller avec un démaquillant pour produits waterproof. Sinon les nouveaux vernis Sephora (nouvelle formule) sont top, avec un pinceau large et arrondi au bout pour ne pas se louper ! Ah aussi ! Il y a un vernis corail (plutôt rose clair) trop beau chez Essie Cute as a Button. Il y en a un autre un peu plus foncé, qui est sublime : Peach Daiquiri, les deux chez Manucurist. Ces vernis sont de très bonne qualité. Dessus je mets un top coat : Good to Go (chez Essie aussi), ça fait briller, rend la couleur plus intense.

 

 

 P1040516Sinon avec Twitter, tu t’en sors mieux ?

 

Oui ! En fait, toutes les conneries que je n’écris pas sur mon blog, je les écris sur Twitter !

 

Twitter dédouane de la connerie c’est ça ;) ?

 

Oui voilà, quelque part tu as le droit. Twitter ça m’éclate ! J’y passe ma vie, dès que je veux me détendre chez moi, je vais sur Twitter, à regarder les bêtises des autres, c’est marrant.

 

 

 

 

 

 

 

 

 



Propos recueillis par Alice.

Publié dans Interview

Commenter cet article

Hélène 01/05/2010 18:35



Merci Alice !


Et alors en fait Twitter ça sert même pour autre chose que les conneries : je viens de me faire sauver la vie de mon jean plein de chewing gum grâce à Twitter, yihou ! ;-)



Alice au pays des médias 01/05/2010 18:40



Comment c'est possible ça ? Donne nous le bon plan qu'on sache nous aussi comment sauver la vie d'un jeans des tentacules d'un chewing gum ;)